Travaux0

désordres structurels - abside

D’importants travaux vont avoir lieu sur le chevet de l’église de Saint-Martin-aux-Bois à partir du mois de janvier 2020 : la maçonnerie et les vitraux en grisaille vont être soigneusement restaurés par des entreprises spécialisées.

Les verrières sont sans doute ce qui attire le plus les regards quand on pénètre dans l’église. Une telle surface de vitres claires dans une église du 13e siècle n’est pas fréquente : les sept baies (environ 20 mètres de haut sur 2,55 mètres de large) vitrées de grisailles laissent passer une douce lumière… mais laissent également entrer les oiseaux, le vent, la pluie, à cause des verres brisés, des plombs abîmés, par les intempéries, ou tout simplement l’usure.

Mais les grisailles ne sont pas seules en cause : les meneaux (les fins montants de pierre qui forment l’armature du chevet) sont aussi fragilisés et, à différents endroits, menacent de se rompre. Cet état préoccupant est en partie dû aux restaurations des siècles précédents qui n’ont pas toujours respecté la structure de l’édifice et n’ont pas utilisé des matériaux compatibles avec les matériaux d’origine. Certaines pierres ont éclaté, les fers de chaînage sont parfois oxydés et désolidarisés de la maçonnerie. Les verres, quant à eux, fortement restaurés aux 19e et 20e siècles, sont très hétérogènes : certaines baies sont constituées presque intégralement de grisailles du 13e siècle,
alors que d’autres ne comportent que des verres modernes (la baie centrale par exemple). Par ailleurs, certains verres anciens sont cassés ou déformés.

Les travaux vont être réalisés par les entreprises Léon Noël pour la maçonnerie et Art-Vitrail pour la serrurerie et vitrerie, toutes deux spécialisées dans les restaurations de monuments historiques. Ces deux entreprises assurent la formation de jeunes compagnons, qui, au contact d’artisans expérimentés, apprennent et font vivre les techniques anciennes de construction.

Dès janvier 2020, les échafaudages vont être montés, à l’intérieur et à l’extérieur du chevet, les stalles vont être protégées par un géotextile et un coffrage de bois. Les vitraux seront ensuite déposés soigneusement, baie par baie, numérotés, et transportés dans les ateliers d’Art-Vitrail à Gurgy, près d’Auxerre, où ils seront restaurés, ou refaits si une restauration n’est pas possible.

Nous donnerons régulièrement des informations sur le déroulement des travaux, qui doivent durer environ 21 mois : la réouverture de l’église est envisagée à la fin de l’année 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *