La chapelle

Dans le haut du bas-côté sud s’ouvre une porte majestueuse, qui conduit à une chapelle (maintenant utilisée comme sacristie). Cette chapelle a été ajoutée au début du XVIe siècle, par Guy de Baudreuil : la présence de son blason sur les voûtes et les murs confirme son rôle dans l’ajout de cette chapelle à l’édifice d’origine. Ce petit oratoire est constitué de deux travées voûtées d’ogives à liernes et tiercerons, caractéristiques du gothique flamboyant. La chapelle abrite une Lamentation sur le Christ mort, œuvre qui montre une influence de la Renaissance italienne. Ce moment est rarement représenté dans l’art français : c’est l’instant qui suit la descente de Croix, avant la mise au tombeau, et rassemble seulement trois personnes, la Vierge, saint Jean et Marie-Madeleine, reconnaissable à ses magnifiques vêtements et à sa boîte à parfums.

porte de la chapelle

La porte qui mène à cette chapelle montre elle aussi une influence de la Renaissance, avec une ouverture en anse de panier flanquée de pilastres, surmontée d’un fronton luxuriant qui accueille une belle statue d’une Vierge à l’Enfant. La porte est ornée de motifs renaissance et de trois sibylles, Erythrée, symbole de l’Annonciation, de Cumes, qui annonce l’âge d’or prédit par Isaïe, et Europe, préfigure du massacre des Innocents.