Travaux

Depuis le lundi 6 janvier, l’entreprise Léon Noël installe les échafaudages préalablement aux travaux sur le chevet.
À l’extérieur de l’église, sur le terrain communal près de l’ancien presbytère (maison à l’est de l’église) sont posés les Algeco, toilettes, l’atelier de taille de pierre, avec raccordements pour l’eau et l’électricité. Le tout est protégé par des grilles.   À l’intérieur, le mobilier du chœur est déplacé : le petit autel est transporté dans le bas-côté nord, le retable de saint Martin aussi. Les stalles basses sont déplacées vers la rambarde limitant le chœur. Le sol est protégé par du géo-textile sur lequel sont posées des plaques en caoutchouc, pour permettre le déplacement des brouettes et autres appareils de roulement et transport et ne pas abîmer le dallage.

« L’emmaillotage » des stalles commence : un grand cadre en bois les entoure, il sera garni de planches, et dessous les stalles sont entourées de géo-textile qui les protège tout en laissant respirer le bois.
Les tubes de l’échafaudage traverseront le coffre qui entoure les stalles. Précisons qu’avant le démarrage des travaux, un huissier est venu faire un véritable état des lieux, prenant un grand nombre de photos, de l’intérieur et de l’extérieur, tout en décrivant soigneusement ce qu’il voyait sur un magnétophone.

Enfin, côté finances, une importante réunion a eu lieu au Crédit Agricole, à Paris : le projet de restauration du chevet a été examiné avec grand intérêt ; la proposition d’une aide de 100 000 € a reçu un avis très favorable. La décision finale doit être prise prochainement par le Conseil d’Administration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *