Les vitraux

quatrepans de grisailles

La lumière caractéristique de cette église est due à la qualité des verrières de l’abside. En premier lieu, l’importance de la surface vitrée explique la luminosité, puisque l’abside possède sept hautes baies vitrées qui reposent sur un mur plein d’à peine trois mètres de haut et laissent passer abondamment la lumière.
Alors que les vitraux sont des verres teintés dans la masse, ce qui leur donne une couleur dense, les grisailles sont réalisées en appliquant de la peinture à l’extérieur du verre : ici, un gris verdâtre, ponctué de motifs de teintes plus soutenues, rouge, noir… a été utilisé pour l’ensemble de la verrière. Mais deux petits vitraux, très colorés, sont insérés dans les grisailles : à gauche, un chanoine présente une verrière devant l’autel d’une église : ce panneau, du XIIIe siècle, montre sans doute le donateur des verrières en grisaille ; à droite, l’abbé Carpentier, curé de la paroisse qui a œuvré pour les restaurations de l’église, est en prière devant saint Martin (panneau de la fin du XIXe siècle)

vitrail du 13ème siècle
panneau du XIIIe siècle
vitrail représentant Saint-Martin partageant son manteau
panneau du XIXe siècle